Pertes hivernales.?

par jeym1  -  5 Décembre 2016, 10:17

Dans une page facebook sur l'apiculture amateur je trouve certains apiculteurs qui se réfugient derrière les chiffres de pertes hivernales communiqués par des organismes" officiels" itsap ( et autre agences type Anses?)
 
Agence dont l'objectivité a été souvent mise en cause car trop soumise à des conflits d'intérêt. Les chiffres dont je fais état sont par contre totalement crédibles car le début des relevés a commencé alors que personne ne connaissait le varroa ni les néonicotinoïdes.
 
http://www.rhone-apiculture.fr/Mortalite-hivernales-des-colonies.html?var_recherche=freney%20varroa
 
Il se pourrait que les chiffres baissent car l'apiculture se réfugie de plus en plus sur des sites urbains et peri-urbains.
Il n’empêche que les pertes en saison de production deviennent de plus en plus importantes.
 
Si l'Anses voulait être crédible elle devrait donner des chiffres sur les pertes annuelles!!!!!! Car c'est au printemps et en été que les traitements et les enrobages font le plus de dégâts..... Ceux ci disparaissant des écrans c'est le "sérieux" de l"agence? Les pertes hivernales, que j'attribue à un effet d'accumulation, suite à la consommation des réserves, des toxines au cours de l'hivers. Personnellement j'ai remarqué qu'avec des hivers doux les pertes hivernales étaient beaucoup plus faibles tournant autour des chiffres des relevés avant varroa et neonicotinoïdes......Ceci correspond directement à moindre consommation des réserves donc d'une moindre intoxication par accumulation des toxines.
 
Le mythe d'un miel absolument pur est mort, demandez vous comment il se fait que toutes cires gaufrées "bio" soient actuellement interdites en France quelqu'en soit l'origine pour caus e de résudus....
 
Si on veut parler chiffres il va te falloir faire comme nos collègues Américains qui prennent en compte, maintenant, les pertes hivernales et les pertes d'été car dans le temps nous n'avions pratiquement pas de pertes en saison ce qui n'est plus le cas actuellement.
 
Nos kényanes avec l'absence de cire gaufrée au départ est déjà un bon point pour la qualité des miels que nous produisons.
 
par contre ne pas oublier de faire, comme avec les ruches traditionnelles, Dadant ou autres, une rotation des barrettes en rajoutant, lors de la visite de printemps, deux ou trois barrettes neuves en avant de la grappe qui est donc déplacée vers l'arrière de la ruche (entrée en bout de ruche!) et qui va rapidement coloniser les barrettes vierges.
 
 
 
 
Pertes hivernales.?
Pertes hivernales.?
Pertes hivernales.?
Pertes hivernales.?
Pertes hivernales.?